Utiliser l’omnicommerce pour gagner en performance !

jul 5 2017
Publié par Vincent Herbelet

Dans le contexte actuel, le fait d’être « multicanal » ou « crosscanal » ne suffit plus aux entreprises.

L’évolution des comportements de consommation oblige les entreprises à franchir une nouvelle étape dans leur transformation digitale. Il faut penser à poser les fondations d’une stratégie d’omnicommerce, afin d’optimiser les ventes, et s’adapter aux évolutions technologiques et comportementales futures.

Actuellement, les dirigeants se privent de trois éléments majeurs :

– L’agilité, qui permet de tirer parti des nouveaux canaux;

– La possibilité de gagner en productivité, en mutualisant la production de contenus pour les canaux en

vente;

– La capacité à unifier la connaissance client, et donc à l’exploiter pour maximiser les taux de transformation.

La connaissance client : la base

En mettant en place une plate-forme d’omnicommerce, les distributeurs/marques réduisent les coûts techniques et opérationnels. Cela permet, entre autres, d’avoir une vision unifiée des contenus, des stocks et des commandes quels que soient les canaux et les pays. Mais cette méthode aide surtout à capter et mettre à profit une connaissance client étendue, voire une vue unique de chaque client. C’est l’un des atouts majeurs des stratégies d’un e-commerce gagnant. Cela se traduit généralement par une augmentation du taux de transformation et de fidélisation.

(Re) faire du magasin un temps fort de l’expérience client

L’amélioration du dispositif de centralisation et l’exploitation de la connaissance client pour les magasins physiques restent les véritables enjeux de la digitalisation des points de vente. Ici, il ne s’agit pas simplement de multiplier les écrans et de mettre en place des moyens d’identifier le client dès son entrée dans le magasin. Le but est d’accéder à son historique d’achat, utiliser la connaissance client pour une fidélisation maximale. Or, pour cela, le personnel du magasin se doit de garder à l’esprit que la première mission reste l’accueil et le conseil du client.

Ne pas forcément attendre un big bang

On veut à tout prix retarder le passage aux plates-formes d’omnicommerce de peur de remettre en cause tout ce qui existe. Pourtant, rien n’empêche de commencer doucement. Par exemple, les entreprises ayant créé leur site d’e-commerce il y a dix ans, au lieu de se ruiner en développements spécifiques, devraient commencer à reconstruire leur site sur une plate-forme d’omnicommerce. Cela permet de se mettre au goût du jour, tout en ayant la possibilité de rattacher le canal mobile sans pour autant redévelopper les fonctionnalités ni recréer des contenus.

Enfin, il est important pour toutes les entreprises de se tenir prêtes pour les prochaines vagues de changements. Les dirigeants devront continuellement se poser la question : « Mon entreprise est-elle prête à répondre aux exigences de consommation actuelles ? »

 

Source de l’image